Une journaliste était enfermée dans un hôpital psychiatrique pendant 10 jours, quand sa véritable identité est révélée, les docteurs sont sous le choc

Elizabeth Cochran Seaman est née le 5 Mai 1864, mais si ce nom ne vous dit rien, elle est plus connue comme la journaliste Nellie Bly.

Elle a grandi en Pennsylvanie, et jeune adolescente, elle voulait déjà travailler et avoir une carrière.

Le père d’Elizabeth est décédé quand elle était très jeune, et après sa mort, Elizabeth devait aider sa mère et ses 14 frères et sœurs.

Elizabeth n’aimait pas l’idée selon laquelle les femmes ne pouvaient apporter à la société qu’en restant à la maison, elle a donc décidé de faire la différence à l’extérieur.

1

Après avoir lu une chronique dans le Pittsburgh Dispatch dont le titre était « À quoi servent les femmes », Elizabeth était si en colère qu’elle a écrit une lettre à l’éditeur.

L’éditeur, George Madden, a été tellement impressionné par la contribution d’Elizabeth qu’il lui a demandé d’écrire un article pour le journal.

Elle l’a fait, et après l’avoir lu, Madden a proposé à Elizabeth un poste permanent et lui a donné un nom de plume : Nellie Bly.

En tant que Nellie Bly, elle a écrit sur les problèmes que rencontrent les femmes et les droits des femmes, ce qui était inhabituel car à l’époque, les articles pour les femmes parlaient normalement de mode, de société et d’astuces de jardinage.

Elizabeth a souvent écrit des enquêtes où elle se rendait sous couverture dans des endroits comme les ateliers de misère pour exposer les conditions déplorables dans lesquelles les femmes y travaillaient.

Mais à un moment, les éditeurs d’Elizabeth lui ont assigné les pages consacrées aux femmes et elle a décidé de quitter Pittsburgh en quête de meilleures opportunités à New York, comme sa biographie l’indique.

La vie dans la grande ville commençait à devenir difficile. Elizabeth a passé quatre mois sans emploi. Mais elle a ensuite réussi à trouver un travail au New York World. L’une de ses premières tâches a été de se rendre sous couverture dans un hôpital psychiatrique mal réputé.

2

Presqu’aucune des personnes admises au Women’s Lunatic Asylum de Blackwell’s Island n’en sortait, et il n’y avait pas d’autre moyen de connaître les conditions à l’intérieur.

S’il y a pendant longtemps eu des rumeurs selon lesquelles les employés de l’hôpital mal réputé étaient abusifs, personne n’a osé en témoigner.

Donc avec la promesse d’être libérée après 10 jours, Elizabeth a accepté la tâche la plus difficile de sa vie.

Mais bien qu’elle savait que ce serait affreux, Elizabeth n’aurait jamais pu imaginer à quel point ce serait terrible.

3

L’hôpital hébergeait deux fois plus de patients qu’il ne pouvait en accueillir. Les plats étaient composés de pain sec non-cuit, de viande avariée, de bouillon aqueux et d’eau sale. Et il y avait des rats partout.

Elizabeth faisant semblant d’être une malade mentale, mais elle décrivait les conditions dans l’hôpital comme étant si mauvaises qu’elles suffisaient pour rendre une personne vraiment folle.

De plus, Elizabeth a rencontré beaucoup de femmes qui n’étaient pas malades mentales, mais juste pauvres ou incapables de parler anglais.

Les patients étaient abusés, torturés, attachés et forcés à être arrosés avec de l’eau glacée en guise de douche.

Les docteurs refusaient de croire les patients qui se plaignaient des abus, et ce qui s’en plaignaient étaient punis.

Les femmes qui étaient réellement malades mentales ne recevaient pas les soins médicaux dont elles avaient besoin.

4

Comme promis, un avocat est venu libérer Elizabeth 10 jours plus tard.

Après la publication du livre très remarqué d’Elizabeth sur son séjour à Blackwell’s Island, « Ten Days in a Mad-House », le gouvernement a adopté les changements qu’elle a recommandés et la situation des patients s’est considérablement améliorée.

Elizabeth est elle-même devenue célèbre dans le pays. Elle a continué à écrire des articles importants et grâce à sa célébrité, ses articles ont contribué au changement de la société. Elle a continué à écrire sur la pauvreté, les politiciens et d’autres problèmes sur lesquels les femmes n’avaient aucune opinion auparavant.

Elizabeth a inspiré beaucoup de jeunes femmes avant de décéder d’une crise cardiaque en 1922 à 57 ans.

Deux ans plus tôt, elle a connu la joie de voir les femmes enfin obtenir le droit de vote.

5

Elizabeth a accompli beaucoup de choses dans sa courte vie. Pensez à partager cet article pour aider à faire connaître sa vie et ce qu’elle a accompli. Inspirons plus de personnes à se lever quand ça ne va pas !

Qu'en avez-vous pensé ?