Deux sur 1 million : Quand le corps surchauffe

Brandon et Andrew sont frères jumeaux et sont atteints d’une maladie très rare : la dysplasie ectodermique. Les symptômes, entre autres, sont les suivants : absence de transpiration et une dentition dégradée. L’un des autres symptômes majeurs concerna la température corporelle, laquelle peut s’élever très rapidement après une activité physique ou tout simplement s’il fait trop chaud dehors. Malgré leur maladie, ses deux frères courageux essayent tant bien que mal de vivre le plus normalement possible.

Noelia : La première maîtresse de maternelle atteinte de trisomie 21

Elle s’appelle Noelia Garella, elle a 29 ans et a donné une conférence pour parler de sa vie. « J’ai étudié de nombreuses années et maintenant je suis responsable de trois classes, soit un total de 170 élèves », dit-elle fièrement pour exprimer ce qu’elle a été réalisé à seulement 29 ans. Elle explique également que ses relations avec les parents sont excellentes.

Noelia Garella est la première enseignante atteinte du syndrome de Down (trisomie 21). elle a reçu son diplôme de professorat des écoles en 2007 et enseigne aujourd’hui dans une école maternelle de la ville de Córdoba, du nom de “Capullitos” en Argentine. « Le directeur m’a beaucoup aidé à rentrer dans cette école maternelle ».

« Les parents n’ont jamais eu aucun préjugés avec moi. Quand j’ai commencé à travailler, ces derniers étaient très heureux et les enfants aussi. Nous passons de très bons moments à l’école ».

Noelia Garella est titulaire d’un baccalauréat en économie et gestion spécialisée dans le tourisme, l’accueil et le transport. Elle a ensuite obtenu un master pour l’enseignement, à l’université Antonio Sobral.

De là elle a été invitée par la Chambre Internationale de Gualeguaychú à raconter son expérience et ce qu’elle a déjà pu réaliser dans la vie. « J’ai été invité à la Chambre Internationale pour raconter l’histoire de ma vie », ajoute-elle.

Sa condition n’est ni un obstacle, ni une difficulté, et ne la définit pas non plus en tant que personne. Noelia est confiante et avance vers ses objectifs.

Indonésie : les orangs-outans condamnés à extinction à cause de l’huile de palme

Les orangs-outans sont des primates majestueux qu’on trouve en Asie du Sud. Ces primates sont de plus menacés par les exploitations de l’huile qui leurs privent de plus en plus de leur habitat. Aujourd’hui, on en est arrivé à un point où cet espace est menacé d’extinction et ces rares clichés capturés par le Jayaprakash Joghee Bojan témoignent de leurs détresses.

Des images rares

Il y a quelques années, imaginer capturer l’image d’un orang-outan dans un cours d’eau était loin d’être envisagé.

Comme on le sait, les orangs-outans vivent dans les arbres comme la plupart des primates et leurs morphologies témoignent de leur habilité à se mouvoir sur les arbres. Leurs longs bras leur permettent plus de se mouvoir dans l’arbre que de nager. Pourtant c’est cette rare image que le photographe Bojan a réussi à capturer, ce qui peut être considéré comme une rencontre providentielle.

Photographe de son état, Bojan a décidé de parcourir l’Asie du Sud et photographier tous les primates qui y sont dans leur habitat naturel. Vu l’immensité de la région et le milieu de vie de ces primates, on imagine que sa mission n’a pas du tout été facile.

C’est ainsi qu’il s’est rendu au parc national de Tanjung Puting en Indonésie où il réussit à photographier 11 orangs-outans dans leur milieu sauvage en 8 jours. Peut satisfait de ces photos il s’en ouvre à un ranger qui lui a parlé d’un orang-outan qui traversait parfois le fleuve Sekonyer à 65 km.

Face à cette révélation qui sort de l’ordinaire, Bojan décide de s’y rendre. Après un premier jour où l’attente a été vaine, il a retenté le coup le matin suivant et après quelques heures d’attente, l’orang-outan est apparu sur les berges du fleuve. Face à ce spectacle, Bojan n’a pas hésité à plonger dans l’eau pour mettre à l’aise le primate et pouvoir le photographier de plus près. Le résultat est tout simplement bluffant, mais aussi alarmant, l’expression du visage de ce primate témoigne de sa détresse.


Source photos : JAYAPRAKASH JOGHEE BOJAN, NATIONAL GEOGRAPHIC

Un espace menacé par l’huile de palme

L’huile de palme est l’un des produits incontournables dans l’industrie alimentaire, de nos jours. Cette huile provient essentiellement de l’Asie du Sud notamment les plantations de l’Indonésie et de la Malaisie. Les conséquences directes de cette exploitation sont sans doute la déforestation comme on le sait tous, mais aussi, et surtout la destruction de l’habitat naturel de la faune.

Aujourd’hui, les orangs-outans privés de leur habitat naturel et de leur source de nourriture sont obligés de cohabiter avec l’homme et comme on le sait tous cette cohabitation ne peut être en sa faveur. S’ils ne sont pas tués par les agriculteurs qui gardent jalousement leurs plantations, ils sont chassés par des braconniers qui les vendent au marché noir.

Ces lourdes menaces qui pèsent sur cette espèce timide de nature et dont la femelle ne met bas qu’une fois tous les huit ans font que l’union internationale pour la conservation de la nature prévoit que d’ici 2025, les orangs-outans aura décliné de 82 % en 75 ans. Ce qui est désastreux surtout si l’on sait que cette période ne représente que 3 générations pour un orang-outan. En tout cas, ces images prises par Bojan et qui lui ont permis de remporter le grand prix de la photo naturaliste 2017 pourraient servir pour le plaidoyer pour la protection de cette espèce fortement menacée.

Un homme jette son chien hors de la voiture. Mais le motard qui a tout vu sauve le chien et rattrape l’homme

Il s’appelle Brandon Turnbow. C’est un motard dont l’apparence peut tromper plus d’un. En effet, il porte des habits en cuir, a une barbe et des tatouages. Habitant à Burleson, ce motard qui était sur une route au Texas a donné une leçon aux personnes qui jugent par l’apparence, car même s’il ressemble à un motard au cœur dur, il a fait un geste incroyable.

Parti rendre visite à son père en moto, Brandon a vu une voiture s’arrêter au bord de la route. De cette voiture est sorti un homme qui maltraitait son chien, selon Little Things.

Choqué par la scène qu’il vient de voir, Brandon a été encore plus choqué par le maitre du chien qui est reparti en voiture sans son chien qu’il a délaissé au bord de la route.

Ce motard s’est aussitôt garé à côté du chien afin de le protéger d’un préalable accident, puis, il a essayé de faire venir le chien qu’il a appelé M. Davidson et qu’il a mis dans un sac pour le placer derrière lui.

Ayant toujours en tête, le geste ignoble du maitre du chien, il l’a rattrapé avec sa moto pour lui faire un doigt d’honneur. C’est ce qu’il a fait savoir sur Facebook avant de préciser qu’il dispose maintenant d’un copilote.

Tout le reste de la journée de Brandon, il l’a passé avec le passager de sa Harley, M. Davidson. Cet animal adorait sentir l’air frais sur son visage tout le long du chemin. Il savait qu’il était en de bonnes mains.

À la fin de la journée qu’ils ont passée ensemble, Brandon a décidé d’adopter le chien qui a trouvé le toit et la personne qu’il lui fallait.

Cette histoire a donné une idée extraordinaire à Brandon, qui a créé, par la suite, une organisation destinée aux animaux et nommée Baang Bikers Against Animal Abuse National Global. Cette organisation regroupant les motards reste à l’écoute des personnes qui les appellent pour leur notifier la maltraitance d’un animal pour envoyer le motard le plus proche le sauver.

Brandon étant aussi un chanteur auteur de ses paroles, s’est inspiré de l’histoire qu’il a vécue avec M. Davidson pour lui dédier une chanson. Cette chanson a connu un succès surtout avec la vidéo qui l’accompagne. Retrouvez-la à la fin de l’article.

Un homme avoue utiliser un « couteau à caca ». Il pensais que tout le monde le faisait aussi

Ce n’est pas un secret de vouloir faire ses besoins de temps à temps et de suivre les étapes pour le faire. Mais, si l’on pensait que faire son besoin se limite à le faire, à se nettoyer pour enfin laver ses mains, il y a selon LearnedButt, une autre étape, entre faire le besoin et se nettoyer.

LearnedButt explique que la particularité de sa famille est le fait de beaucoup faire caca, des cacas qui sont énormes en plus. Sachant qu’un gros caca ne part pas avec la chasse d’eau et se bloque, sa famille a trouvé un moyen de le faire partir.

Le couteau à caca était fréquemment utilisé dans sa famille. Ce vieux couteau rouillé se trouvait suspendu à un clou dans la buanderie. Il ne servait qu’à éviter que les cacas ne se bloquent.

LearnedButt pensait que c’était une chose que tout le monde faisait.
Jusqu’au moment où il avait 22 ans et qu’un ami l’avait invité chez lui.

C’est là qu’il a découvert que seule sa famille utilisait un couteau à caca. En effet, il est allé déposer un gros caca dans les toilettes. Aussitôt après, il a appelé son ami pour lui demander de lui donner son couteau à caca. Ce que ce dernier ignore pour lui poser la question de savoir ce qu’était un couteau à caca. Là, il lui a répété d’autres noms qui pouvaient expliquer ce qu’il souhaite que son ami lui donne.

Ce dernier s’est mis à rigoler et il a ri avec lui, de même que ceux qui étaient dans la maison et qui ont tout entendu parce que la musique était éteinte en ce moment.

Lorsqu’il l’a raconté à sa femme, cette dernière aussi n’avait aucune idée de ce que pouvait être un couteau à caca. D’ailleurs, elle lui a fait savoir qu’elle se servait de ce vieux couteau comme un couteau de base. Cependant, elle ne l’a jamais utilisé pour la cuisine, mais pour l’ouverture des cannettes.

Avant de terminer, il a répondu à la question que beaucoup se posaient : pourquoi un seul couteau à caca pour toute la famille et dans la buanderie qui était au centre des trois salles de bain de la maison ?

C’était vraiment surprenant pour lui de voir qu’aucun de ses amis et même sa femme n’utilisait de couteau à caca et que c’était une chose propre à sa famille.

Pensez-vous que c’est une bonne idée d’avoir un couteau à caca ? Et si sa femme avait utilisé ce couteau à caca pour cuisiner, imaginez ce que ça allait donner !