Le Kenya a décidé de punir de la peine de mort la chasse illégale d’animaux menacés d’extinction

Le pays africain abrite un grand nombre de mammifères si merveilleux mais qui risquent de disparaître, comme les éléphants, les girafes ou les rhinocéros. C’est pourquoi il a été décidé de prendre une mesure sans précédent pour dissuader les chasseurs. Il y aura une tolérance zéro.

Le Kenya, l’un des pays africains les plus grands et les plus célèbres du monde, a décidé qu’il était temps de prendre une décision importante : celle de punir au maximum ceux qui enfreignent les lois sur la chasse érigées par leur gouvernement.

C’est ainsi que le gouvernement kenyan vient d’annoncer que la sanction pour ceux qui chassent des espèces menacées sera l’exécution.

Comme Inquisitr l’a signalé, beaucoup d’espèces qui paissent dans les grandes savanes africaines comme celle du Kenya sont en danger extrême de disparition.Bien que les changements dans leurs écosystèmes aient quelque chose à voir avec le déclin de leur nombre, la principale cause de leurs souffrances est la chasse.

Des espèces telles que le rhinocéros, la girafe ou l’éléphant d’Afrique ne sont que quelques-unes de celles qui doivent être protégées par cette nouvelle mesure. Plusieurs d’entre eux ont déjà souffert dans leur propre chair de la souffrance de voir disparaître leur espèce : des éléphants, toujours chassés pour leurs merveilleuses cornes, ont commencé à naître avec des cornes plus petites. 

Bien que cette mesure n’ait pas été applaudie par tout le monde, elle est clairement une réaction à un problème plus vaste : selon la Fondation Leonardo DiCaprio, seulement 4% des cas de braconnage au Kenya ont été poursuivis et ont abouti à des sanctions devant les tribunaux.

Seul le temps nous dira si la mesure a eu l’effet escompté. Pour l’instant, seule la gravité de la question peut être soulignée.

Qu'en avez-vous pensé ?