Des câlineurs bénévoles dans les hôpitaux pour les nouveau-nés délaissés en manque d’amour

Chacun mérite des câlins notamment lors des premiers moments de vie. C’est justement le projet de ces maternités dont l’initiative doit être saluée et copiée.

Tous les nouveau-nés devraient goûter sans limite à la chaleur rassurante des étreintes et à l’affection vitale des câlins. Forts de cette conviction, toujours plus d’hôpitaux aux États-Unis sollicitent des câlineurs volontaires. Le but : répondre à l’indisponibilité des mamans dans une situation difficile, notamment celle des mères dépendantes aux drogues. Zoom sur cette sublime initiative…

calinbébé1

Le concept est facile. Les bénévoles ont pour mission de câliner, pouponner et choyer les bébés. Toute leur attention est dirigée vers ces nouvé-nés. Les volontaires leur parlent, leur chantent des chansons, en un mot, leur prodiguent l’amour dont ils ont besoin mais dont ils sont tristement soustraits…

calinbebe2

Chaque année, de plus en plus de services maternité des hôpitaux américains sont à l’origine de ces projets dont bénéficient essentiellement les nouveau-nés de mères toxicomanes. En réalité, ces bébés ont une nécessité d’affection plus importante. D’une part car leur maman ont des difficultés à s’occuper d’eux et d’autre part car leur arrivée a imposé chez ces mères une pénible période de sevrage.

calinbébé3

Sylvie Wieviorka, psychiatre, rapportée par le Huffington Post :

« Les nouveaux-nés de mère toujours consommatrice d’héroïne en fin de grossesse et au moment de l’accouchement présentent, peu de temps après la naissance, un syndrome de sevrage, associant hyperexcitabilité, hypertonie, troubles digestifs et respiratoires. L’interaction précoce mère-enfant se construira alors bien souvent dans un contexte difficile, avec une mère peu disponible psychiquement pour son enfant, souvent culpabilisée et un bébé irritable et difficile à satisfaire (…) Petit poids de naissance, périmètre crânien inférieur à la normale, surmortalité de mort subite du nourrisson, hyperexcitabilité, sont les principaux symptômes mentionnés dans de nombreuses études sur la question. »

calinbebe4

Un grand nombre de nourrissons commencent leur existence sous méthadone, ce qui signifie la quantité de tendresse dont ils ont besoin…

En France, elles seraient environ 2 500 « jeunes femmes consommatrices d’héroïne surtout, mais aussi d’alcool, de cocaïne et de psychotropes qui accouchent chaque année. »

calinbébé5

En France, on ne compte aucun câlineur bénévole afin de réconforter ces bambins. Il n’existe en effet aucun projet de ce genre. Cependant, certains programmes méritant d’être salués sont mis en place. Au CHU de Montpellier, pour ne citer que lui, une prise en charge des femmes dépendantes aux drogues subsiste depuis 1997. Aujourd’hui 4% des mères toxicomanes confient leurs enfants en foyer contre 60% auparavant. Une avancée remarquable…

Des volontaires pour câliner les bébés ?

Qu'en avez-vous pensé ?