Pendant que tout le monde regarde le nouveau bébé, la mère de la nouvelle maman regarde sa fille

Alors que tout le monde regarde le nouveau bébé qui vient de naître, la mère de la nouvelle maman regarde sa fille, inquiète.

La mère n’est pas encore grand-mère, car elle aide d’abord sa fille à devenir mère, elle s’occupe du bébé non pas parce qu’il pleure, mais parce que c’est son enfant qui pleure même si aucune larme ne lui sort des yeux.

Elle pleure parce que ses seins lui font mal, elle pleure parce qu’elle ne sait pas ce qui l’attend, elle pleure parce que son corps lui fait mal et que son sommeil n’est pas réparateur.

La mère de la mère lave les vêtements tachés de caca, change les draps couvert de sang et de lait, parce qu’elle sait combien il est difficile de devenir mère.

Au petit matin, elle pense au nombre de fois que sa fille se sera réveillée, et elle arrive très tôt le matin pour aider un peu, prend le bébé dans ses bras et quitte la chambre pour que sa fille puisse dormir au moins une heure de plus.

Elle prépare des plats chauds et son dessert préféré, en s’assurant qu’elle mange parce qu’elle sait qu’elle a besoin de force pour passer la journée et avoir au moins un sourire sur son visage.

La mère de la mère voit ce qui arrive à sa fille d’une manière différente des autres. Ni son mari, ni sa belle-mère, ni sa sœur ne peuvent voir ce que la mère observe. Aujourd’hui, sa fille lui rappelle ce qu’elle était il y a plusieurs années et se demande si ce qu’elle a fait était la meilleure chose à faire. Bien sûr, pense-t-elle, c’est moi qui l’ai fait et elle le fera aussi.

La mère fait une pause dans sa vie pour y assister, elle redevient mère tout en enseignant comment changer les couches, tout en donnant le bain au nouveau-né, tout en calmant les coliques la nuit, tout en mettant des compresses sur les seins pleins de lait, tout en nourrissant sa fille, tout en câlinant un bébé qui n’arrête pas de pleurer et une fille qui est confuse pleurant elle aussi.

C’est son rôle de mère maintenant, d’être là quand ils ont le plus besoin d’elle.

Parce que la mère de la mère donne des ailes à sa fille pour qu’elle puisse voler, elle lui redonne les bases pour qu’elle puisse se reconstruire dans cette nouvelle étape et découvrir sa nouvelle identité.

Chaque nouveau-né a besoin d’une autre femme à ses côtés qui sache ce qui l’attend, qui comprenne la fragilité des premiers jours.

La mère de la mère peut également être une sœur, une amie, une belle-mère, une voisine, une belle-sœur, une tante. Une femme qui soutient et comprend, qui aide et calme, qui est une tribu et comprend comme personne d’autre, car c’est ce dont les femmes ont besoin pendant la période post-partum.

Il faut un soutien des femmes, mais si possible, de notre mère bien plus que de toutes les autres.

Qu'en avez-vous pensé ?